Série des Don Quichotte.

Don Quichotte et les éoliennes marines.

 

Année 2005  100X120

 

Thème du chevalier errant de jadis confronté aux problématiques modernes.

Don Quichotte et Sancho Panza, vêtus à la mode d’aujourd’hui, chevauchant Rossinante et le grison, foncent sur leur barque argentée, droit sur les éoliennes marines, pour les combattre à la manière des chevaliers des romans de chevalerie médiévaux. Vu de dessus, dos courbé, lance bien calée sous le bras, Don Quichotte s’apprête à  transpercer ce géant « ennemi de l’humanité » qui bat des ailes comme les moulins à vent d’antan…C’est la « chevalier-errant-attitude-pure-et-dure ».

Mais une deuxième lecture de l’oeuvre, plus nuancée, laisse apparaître grâce à l’ombre portée, un Don Quichotte en pacifique véliplanchiste, jouissant des plaisirs de la mer, sans se soucier outre mesure de la présence d’éoliennes, laissant à d’autres le soin de trancher entre éoliennes « amies » ou « ennemies », entre les impératifs de l’énergie ou de l’écologie.

Ce tableau figure dans le livre intitulé « La Mer ».Regards de peintres et d’écrivains. Editions Regards. 2005.

 

Don Quichotte et les centrales nucléaires

 

Année 1995 60x81cm

 

Don Quichotte s’attaque ici au problème des centrales nucléaires. Selon la « chevalier-errant-attitude-pure-et-dure »il fonce, lance en mains, sur ce nouveau géant « ennemi de l’humanité », aux nasaux écumants, aux cheveux énormes- les câbles électriques- soutenus par des colonnes de fer- comme d’ énormes bigoudis- pour le transpercer jusqu’au trépas…

L’ombre portée « utile » laisse entrevoir une autre stratégie. Grand lecteur de romans de chevalerie, Don Quichotte avait également lu la bible et notamment l’histoire de Samson qui tirait sa force prodigieuse de ses cheveux. Aussi, s’inspirant de la tactique de Dalila qui lui fit couper les cheveux pour le neutraliser, Don Quichotte a imaginé un système pour neutraliser son géant ennemi. Il suffit de lui couper les cheveux. Il a donc confectionné l’outil adéquat en fixant des ciseaux, isolés par une ventouse en caoutchouc de sanitaires, sur une canne à pêche, pour cisailler les fils électriques…Dans l’impossibilité d’exporter de l’électricité, la centrale nucléaire n’a plus de raison d’être…Dérisoire, mais logique implacable ! Pas si fou que ça Don Quichotte. Seulement un peu décalé …

 

Don Quichotte et la Télévision

 

 

Année 1999 150x200 cm

Don Quichotte s’attaque ici au problème de la Télévision. Tout le monde en parle, mais les choses n’ont pas beaucoup évolué… Don Quichotte, lui, semble prendre le problème à bras le corps. Selon la « chevalier-errant-attitude-pure-et-dure », Don Quichotte et Sancho Panza, vêtus à la mode d’aujourd’hui, chevauchant Rossinante et le grison, foncent droit sur ce nouveau géant « ennemi de l’humanité », qui brasse du vent comme les moulins d’antan, pour le combattre à la manière des romans de chevalerie médiévaux.

Vu de dessus, dos courbé, lance bien calée sous le bras, Don Quichotte s’apprête à transpercer ce géant arrogant jusqu’au trépas…

Mais une deuxième lecture de l’oeuvre, plus nuancée, laisse apparaître, grâce à l’ombre portée et aux images qui se réfléchissent dans les volumes vitrés des immeubles, nos deux héros en preneur de son et en caméraman…Ainsi donc, ils appartiendraient, eux aussi, au monde des médias, de la télé…Cervantès, qui n’avait pas prévu cela, et pour cause, doit s’en retourner dans sa tombe…A moins que ce ne soit une nouvelle version du Cheval de Troie, imaginée par Don Quichotte, s’inspirant pour une fois d’Homère, pour venir à bout de son géant ennemi…

Et pendant ce temps là, les péniches continuent à naviguer …C’est le printemps, les feuilles nouvelles des platanes sont arrivées. Et dans le lointain, la ville s’éveille…