Série Chemin de Compostelle

Chemin de Compostelle : déjeuner sur la pierre. 

 

 

Année 2006    100X120cm

 

 

Ce tableau veut rendre un triple hommage : à un phénomène qui se perpétue depuis presque deux mille ans ; à l’Espagne qui sait réserver aux marcheurs du « Camino »un accueil chaleureux empreint de respect ; enfin à Van Gogh, ce grand Maître de la couleur et de l’art de peindre.

Depuis plusieurs siècles des marcheurs du monde entier parcourent inlassablement ce long petit chemin, aujourd’hui balisé de flèches jaunes, qui mène au tombeau de Santiago, en Galice, terre d’Espagne.

Les plus grands peintres ont sacrifié au rituel du déjeuner de plein air: « le déjeuner sur l’herbe » de Manet, Monet, Cézanne ; « le déjeuner des canotiers » de Renoir voire le « restaurant en plein air »d’August Macke .

Sur le chemin de Compostelle il faut aussi se restaurer. En plus, par la même occasion, il convient de se reposer et d’aérer ses pieds, objets de tous les soins. Et quand il pleut, l’herbe étant trop mouillée, une pierre un peu plate offre un confort rustique mais satisfaisant : un morceau de plastique étanche pour s’asseoir au sec, un parapluie pour se protéger du vent et des averses. Le spectacle est assuré par le défilé continuel des pèlerins, qui, recouverts de ponchos multicolores aux couleurs vives, viennent égayer la campagne bicolore de cette région de Castille.Sang et or, rouge et jaune, couleur de l’Espagne.

Hommage aussi à Van Gogh, par allusion à une de ses dernières œuvres, peut être la plus belle, « Le champ de blé aux corbeaux ». Ainsi cette mer jaune de blés mûrs, ce chemin rougeâtre bordé de vert qui s’enfonce vers un horizon tourmenté, en partie occulté par ces bords dentelés du parapluie noir qui rappellent la volée de corbeaux partant sur la droite du tableau de Van Gogh. L’arc en ciel témoigne de la présence simultanée de la pluie et du soleil. Et, selon la légende, au pied de l’arc en ciel se trouve un trésor, évoqué ici par les nuages en forme de coquille Saint Jacques, symbole de Compostelle, le trésor, le bout du Chemin pour des millions de voyageurs. L’averse est perceptible au second plan, alors que l’ombre portée « utile »sur la pierre indique la présence du soleil et permet de découvrir le personnage qui s’abrite sous le parapluie devenu parasol.